Cliquez sur les images pour les agrandir...

CouvIntro

Intro

003-004   005-006

006batailles   007batailles-ok

livre2a

008batailles    011batailles

010-batailles-7err   009batailles

 

« La porcelaine blanche » du 6 juin 1944

La veille au soir déjà, j'ai eu un ressenti en tapotant le baromètre car l’aiguille ne décollait toujours pas de « variable » et cela malgré plusieurs secousses... rien... que dalle, « variable » !
Tout comme les tubes à la radio : « variables » aussi ; « brise mon cœur » en boucle et surtout, la version « jour le plus long » avait rempli le pichet avec de l’eau plate. Pourtant j’avais quand même la patate !
Séance d’essayage oblige, avec réglage de bretelles, je devais ajuster au mieux la pancarte avec laquelle je me trimbalerais tout l’été sur les plages. Objectif tunes, mais sans faire dans les cacahuètes ni le chocolat glacé.
Un job sandwich, c’était l’idée !
Faire des heures et des heures de tractage : le gros objectif !

Malheureusement, la couverture météo n’était pas au beau fixe, le poste TSF - en transmettant ces airs du moment - mettait un peu de feeling sauce English quand même ; dans la maison et sur la rate que je me faisais mijoter à court bouillon. Pour une panse de brebis farcie avec toi, je ferais n’importe quoi ! Pour une farce avec toi ! Bref il était tard, et les grenouilles pataugeaient en s'en donnant à cœur joie.
Arromanches, pas terrible comme lancement dans la chasse au label, c’était sans compter sur le facteur chance. Omaha Beach... Utah Beach... tu parles d’un marketing salope !
 
Sur la pancarte jaune découpée en forme de théière, se détachait en grandes lettres noires, biseautées au pinceau fin « La porcelaine blanche ». La silhouette de ce panneau, un vrai pop art, du prêt a porter sur mesure pour déambuler cartes en mains, vanter la boutique sur la qualité prix dans ce monde en crise. La vue du truc plus le prospectus : un impact de pioche à la Jean Mineur sur les plages Normande, de quoi se hisser sur la falaise et faire cracher du dollar américain dans le tiroir-caisse du boutiquier.
Car la région se prête pas mal aux touristes de tout poils. De nombreux bungalows se sont implantés sur  les côtes avec tout leur cortège de caravaning caca d’oie. C’est que d’puis ces gens là, ça achète au camping, c’est du lourd qu’il nous faut, du nouveau, du qui s’la pète, avec sa tasse à son nom jusqu’au rond de serviette.
 
Je ressentais au fond de moi comme un présage en chargeant la musette ras la gueule de flyers. Telle était ma mission du lendemain : faire un score, du chiffre, et remplir mon pig en porcelaine blanche. Un jour avec un grand J, un coup de bol pour renflouer Bibi.
London jouait du clinquant depuis cinq minutes, de quoi mettre la vibe et des raisons d’y croire. C’est aussi ça la musique, des fois ça remplit la tête de jouets. Vers minuit, une lueur, puis deux sur l’intérieur des terres attirèrent mon attention. Là bas on dansait !
Les bals jouent les standards tandis qu’à BBC, ça jase. Le speaker se pause en poète et à capella. Son émission quotidienne déchire les nuits et aussi les voies de chemin de fer. Pour les touristes exigeants, quelle plaie ce mec. Dans tous les cas, même si je comprenais pas tout, j’aimais bien ce dramaturge.
 
Cette nuit  là, à la veille du tractage dans le grand bain, je rêvais et espérais que la soupière en offre spéciale ne se prendrait pas un bouillon d’entrée de jeux, mais au contraire un besoin sans appel de soupe pulvériserait les ventes.

Comment se coucher et dormir avec une adrénaline pareil ?
Refaire le geste, s‘entraîner et porter l’engin, marcher pour se la greffer en quelque sorte.
Vivre avec, même par grand vent, en vol libre.
Les cyclamens sont en fleurs,
la poupée est à Pénélope ?!
« La porcelaine blanche » ouvre dimanche.
Soucoupe  ricochet ...

Laurent Melon.

L'AUBE

BRIZ-MON-COEUR

L'AUBE-3

L'aube-4

L'AUBE-5

"On part Dieu sait pour où, ça tient du mauvais rêve
On glissera le long de la ligne de feu
Quelque part ça commence à n’être plus du jeu
Les bonshommes là-bas attendent la relève..."
Aragon par Ferré

Journalcouv

Journal p1

Journal p3

Journal p5

PAGE-double-overlord-6-7

Journalfin